Tel: 819-840-6555 | Partout au Québec: 1-844-GRANDIR | info@cigogneetbaluchon.com

Les chroniques Mea-culpa présentent des histoires vraies, sans censure, inspirées du vécu des jeunes familles que nous rencontrons. Tantôt émotives, parfois un peu crues, souvent parsemées d’humour, elles racontent une tranche de votre vie, celle de votre collègue ou de votre fille. 

 

 

Mon chum et moi on est assis sur le sofa. Il passe sa main dans mon cou et me chatouille l’oreille. Il se rapproche de moi. Je tourne mon visage vers lui pour l’embrasser, et…

« MAMAAAAAAN ! »

Mea Culpa mon chéri. Ce n’est pas ce soir que ça va se passer!

Encore.

Mea Culpa ! Pour une fois que ça me tentait…  Sexualité post-accouchement

On dirait que les astres ne sont jamais alignés. Ça fait plusieurs semaines qu’on n’a pas eu de rapports, mon chum et moi. Il y a toujours quelque chose pour nous en empêcher. Des fois, c’est un enfant qui a le rhume et qui ne dort pas. D’autres fois, c’est un bébé qui veut téter. D’autres fois encore c’est moi qui n’ai pas dormi plus de deux heures en ligne depuis une semaine. Et souvent c’est moi qui n’a vraiment pas le goût de se faire toucher.

J’ai la libido au plus bas. En fait, s’il y avait un niveau inférieur au plus bas, j’y serais.

Je l’aime, mon chum ! Je l’adore, même ! C’est un papa hors-pair et – surtout –  un partenaire extraordinaire.

Mais j’ai toujours quelqu’un d’accroché après moi, toute la journée, tous les jours. Un enfant qui pleure, un bébé qui veut être dans mes bras, un autre enfant qui a besoin d’aide pour lacer ses chaussures, un autre que je dois essuyer à la toilette…et finalement un mari qui aurait envie de faire des galipettes.

Lâchez-moi…

J’ai juste envie de m’enfermer toute seule dans ma chambre. Je voudrais que personne ne me touche pour les trois prochaines semaines. Chaque toucher m’agresse.

Je n’aurais jamais pensé dire ça ! Avant, mon chum et moi avions une libido assez semblable. On s’équivalait ! Des fois c’était lui qui prenait les devants, d’autres fois c’était moi. Mais là, depuis qu’on a les enfants, non seulement c’est toujours lui qui fait les premiers pas, mais en plus  je le revire de bord le trois quart du temps. Pauvre chéri !

Est-ce que ça se peut un couple qui survit à une grève prolongée du sexe ?

J’ai tellement peur qu’il se tanne de ça et qu’il aille voir ailleurs. Que son besoin de sexe soit plus grand que son besoin de moi. D’un autre côté, je n’ai pas non plus envie de me forcer à faire l’amour. Ça devrait être un acte pour nous montrer notre amour avec tout notre corps, pas un geste forcé juste pour faire plaisir. Ça se fait à deux, et pas à corps défendant !

Comment est-ce que je peux faire pour me réapproprier mon corps ?

Peut-être que je pourrais prendre un peu de temps pour moi…Si je sortais un peu de la maison, seule, je pourrais me ressourcer et ne penser qu’à moi pour quelques heures. Je reviendrais énergisée, et à la longue peut-être que mon désir reviendrais.

En fait, c’est à moi que je devrais dire Mea Culpa. Parce que je me suis négligée au profit de mes enfants et de ma vie de famille, mon moi-même s’est un peu perdu, et j’ai du mal à le retrouver. Je sais qu’il est encore, là, pas très loin, et qu’il a juste besoin d’un petit coup de pouce pour revenir.

 

Vous souhaitez nous partager votre Mea-culpa ? Écrivez-nous à info@cigogneetbaluchon.com. Vous pourriez faire partie des coups de coeur de notre équipe et voir votre texte publié sur notre blogue ! 

 

 

 

 

 

2017-05-29T12:46:38+00:00

Laisser un commentaire