Tel: 819-840-6555 | Partout au Québec: 1-844-GRANDIR | info@cigogneetbaluchon.com

Mea Culpa, mais chez moi ça va bien!

 

Il ne mea culpa, chez moi c'est tellement facilese passe pas une journée sans que je lise une histoire d’horreur d’allaitement sur mon fil de nouvelles de Facebook.  Pauvres mamans ! Les seins gercés, l’engorgement, le bébé qui mord, les canaux bouchés, les mastites, le muguet, alouette ! Ouf ! C’est donc bien difficile pour certaines !

Alors, aujourd’hui j’ai décidé de sortir du placard.

Mea Culpa, chez moi c’est tellement facile !

J’aimerais bien pouvoir vous dire que je suis une pro, que j’ai des années d’études en allaitement, que mon bébé est né avec le mode d’emploi, mais non. J’ai lu sur le positionnement, la mise au sein, comment reconnaître une bonne prise. Sauf qu’on s’entend que même si on a lu deux mille livres, quand on a notre bébé sur nous pour la première fois, la théorie prend le bord en titi, hein !

Quand j’ai mis mon bébé au sein pour la première fois, je serrais des dents et j’avais les orteils tout tordus, m’attendant à avoir de la douleur. Tout le monde le dit que ça fait mal ! Et finalement…rien ! Une drôle de sensation, oui, mais de la douleur ? Non.

Je m’attendais à ce que ça dégénère, à ce que je me lève un matin les mamelons en sang, ou que mon bébé se transforme en vampire et qu’il se mette à me mordre à tous les instants…Eh bien non.

Mon bébé n’a pas fait de jaunisse. Il n’a pas perdu de poids. Ma montée laiteuse est arrivée normalement, deux jours après mon accouchement. Je n’ai pas eu de problèmes de coliques, d’intolérances, de réflexe d’éjection fort ou dysphorique…Rien, je vous dis !

Ça va juste…bien.

Mon bébé dort normalement pour un nouveau-né, il se réveille pour boire et se rendort. Moi, je reste couchée et je l’allaite en somnolant. Le jour, il boit quand ça lui chante. Pas de bobos, pas de maladies, juste un beau petit moment tranquille. Mea culpa, mea culpa…je ne fais pas exprès !

Je sais, je sais…je suis vraiiiiment fatiguante. Je sais ! Des fois, quand je jase avec une autre maman qui allaite, je m’invente des problèmes, sinon je passe pour une vilaine. Rien de plus agaçant que de voir quelqu’un pour qui ça va bien, hein ?

Pourtant, il me semble que ce n’est pas normal que tant de mamans aient de la misère à allaiter. (Rien à voir avec le sacro-saint libre-choix, là…Non, non ! Vous ne me ferez pas rentrer dans cette histoire-là !) Celles qui partent avec l’idée qu’elles vont essayer et voir comment ça se passe, comment ça se fait que ça se passe si souvent mal ? Peut-être qu’on a besoin de changer notre vision des choses. Peut-être qu’un jour on arrivera à voir l’allaitement comme une normalité, et qu’on arrêtera de trouver des bibittes à toutes les mères et à tous les bébés.

D’ici là, je me vautre dans mon confort. Mais, discrètement, tout de même.

C’est pas tellement bien vu, quand tout va bien !

 

Les chroniques Mea-culpa présentent des histoires vraies, sans censure, inspirées du vécu des jeunes familles que nous rencontrons. Tantôt émotives, parfois un peu crues, souvent parsemées d’humour, elles racontent une tranche de votre vie, celle de votre collègue ou de votre fille. 

Vous souhaitez nous partager votre Mea-culpa ? Écrivez-nous à info@cigogneetbaluchon.com. Vous pourriez faire partie des coups de coeur de notre équipe et voir votre texte publié sur notre blogue ! 

 

2017-05-29T12:46:38+00:00

Laisser un commentaire