Tel: 819-840-6555 | Partout au Québec: 1-844-GRANDIR | info@cigogneetbaluchon.com

Les chroniques Mea-culpa présentent des histoires vraies, sans censure, inspirées du vécu des jeunes familles actuelles. Tantôt émotives, parfois un peu crues, souvent parsemées d’humour, elles racontent une tranche de votre vie, celle de votre collègue ou de votre fille. 

 

Il est né, mon divin enfant, il n’a qu’un mois, saperlipopet-te !  Mea-culpa : le premier Noël de bébé

Ça fait un tout petit mois qu’il est arrivé, et c’est son premier Noël. Notre premier Noël en famille !

J’ai idéalisé ce moment, rêvé au sapin plein de lumières, au réveillon avec la famille pendant que bébé dort doucement dans son moïse…ça devait être magique ! Sauf que là, on est le 24 décembre, on se prépare à partir avec nos deux valises et quart et nos vingt-cinq mille sacs et je CA-PO-TE.

On va se le dire, les fêtes avec un bébé ce n’est pas toujours une partie de plaisir. Déjà que le rythme d’un nouveau-né ce n’est pas facile à gérer, rajouter douze partys en cinq jours, ça amoche une nouvelle maman ! Et quand je me mets à penser à toutes ces fêtes, tous ces invités, mon cœur se met à battre très, très fort.

Quand on fait des enfants, personne ne nous dit qu’on va se mettre à avoir peur à chaque minute, qu’on va s’inquiéter pour chaque petit détail qui auparavant nous aurait paru insignifiant. Je ferme les yeux et je pense à tous les gens qui seront au réveillon…

Je pense aux grands ongles jaunes de ma tante qui sentent la cigarette.

Je pense à papy avec sa grosse barbe rude qui donne trop de becs dans le petit cou fragile de mon loulou, et à grand-mère qui lui fait des pincettes sur ses petites joues douces.

Je pense à ma nièce qui revient de la garderie avec les microbes des 22 autres enfants qui y vont.

Je pense à mon cousin qui a eu la gastro avant-hier et qui se met les doigts dans tous les plats.

Je pense à tout ce beau monde et j’ai juste le goût de rester chez nous, tranquille, avec mon amoureux et mon bébé.

Je pense que je n’ai pas le goût de le partager, mon bébé.

Quand on fait des enfants, personne ne nous dit qu’on devient une lionne dès qu’ils naissent. Qu’on mordrait pour les protéger.

Est-ce que c’est si mal de vouloir le garder pour moi ? Il est si petit ! Et c’est MON bébé ! C’est MOI qui l’ai porté pendant 9 mois, et c’est surtout MOI qui vais ramasser un petit bébé sur-stimulé (et plein de rouge à lèvres – OUACHE !) cette nuit.

Tous les gens qui seront au party vont se battre pour le prendre. Par contre quand il va pleurer, ils vont se battre pour me le redonner.

Laissez-le tranquille ! Il est encore si fragile. Il ne connaît que moi !

C’est décidé, même si j’ai un peu forcé la fermeture éclair de mon sac à couches pour le fermer, je l’ouvre à nouveau pour y ajouter mon porte-bébé. C’est pas mal plus gênant de demander à prendre un bébé qui est si bien installé dans une écharpe… Je pourrai même allaiter discrètement sans avoir à me soucier de me montrer à tout le monde !

Mea Culpa, c’est mon bébé à moi, et son premier Noël, il va le passer dans mes bras !

 

Vous souhaitez nous partager votre Mea-culpa ? Écrivez-nous à info@cigogneetbaluchon.com. Vous pourriez faire partie des coups de coeur de notre équipe et voir votre texte publié sur notre blogue ! 

 

2017-05-29T12:46:39+00:00

2 Commentaires

  1. Marion 23 décembre 2015 à 9 h 05 min- Répondre

    Mes filles, jumelles, étaient tellement petites que personnes ne voulaient les prendre et ici aussi écharpe (une dans l’écharpe et l’autre dans les bras). On sort les griffes pour la première année… Maintenant 3 ans et ça va mieux mais je suis encore sur la défensive car personne ne va décider pour c’est MES filles !

  2. Anne-Marie Lord 23 décembre 2015 à 11 h 22 min- Répondre

    Voilà qui était pile mon plan ! Bb contre sa maman all night long

Laisser un commentaire